Saltar al contenido principal.

Acceso a otros temas jcyl.es

Página de inicio de la Junta de Castilla y León

Connaître Castilla y León

Contacto

Idiomas

Acceso a otros temas jcyl.es

Connaître Castilla y León

Contenido principal. Saltar al inicio.

Fête Autonome

Villalar

Il est indéniable que de nos jours le mouvement des Communautés est associé à Castilla y León. Cependant, il s'agit d'un événement important aussi bien pour l'histoire de la Communauté que pour celle de l'Espagne, étant donné que de nombreuses villes et régions, qui aujourd'hui ne font pas partie de cette région, y ont pris part.

Quelles ont été les causes de la révolte des "Comuneros"? Malgré la complexité, il existe à la base des motifs politiques et sociaux.

Obelisco a la memoria de los Comuneros de Villalar

D'un point de vue politique, un des faits les plus remarquables est l'arrivée au trône d'un roi excessivement jeune et qui était à ce moment-là étranger pour Castilla y León : Carlos I  (Charles Quint) était né en 1500 à Gante, fils de Juana la Loca ( Jeanne la Folle ) et de Felipe El Hermoso (Philippe le Beau), et il a reçu son éducation dans les Flandes  jusqu'à l'âge de 17 ans. Quand il est arrivé,  il savait à peine dire quelques mots en espagnol et il est apparu entouré de sa cour flamande qui semblait avide de richesses.

Des faits qui vont aggraver la situation ont alors eu lieu: la concession à ces étrangers flamands de postes importants dans la direction de l'Administration de l'Etat par exemple. Pour empirer la situation, le roi Carlos I ( Charles Quint) est nommé empereur, un poste qui faisait augurer de longues absences du monarque et la possible subordination des intérêts castillans à ceux de Flandes ou à ceux de l'Empire. Ce rejet envers la politique et la figure du Roi venait tout spécialement des villes de la plaine castillane, qui avaient peur des complications que cela pouvait supposer pour Castilla étant donné d'une part qu'elle se trouvait au sein d'une politique internationale dirigée par l'Empire allemand, et d'autre part qu'elle pouvait perdre l'autonomie de son Gouvernement.

Quant aux problèmes sociaux qui ont motivé les Communautés, ils sont difficiles à expliquer. Chaque groupe qui composait la société castillane du XVI siècle a profité du climat de rejet envers le jeune monarque pour faire valoir ses propres revendications. La haute noblesse voulait conserver ses privilèges et n'était pas conforme à la perte de pouvoir politique; la moyenne noblesse souhaitait récupérer le protagonisme qu'elle avait perdu en faveur des commerçants et des bourgeois; les groupes sociaux moyens des villes cherchaient une certaine participation politique, réservée uniquement à la noblesse urbaine. De plus il faut ajouter la lutte entre les grands commerçants et les industriels de l'époque.


Villalar

La rébellion, qui s'est terminé à Villalar, a commencé à Toledo. Le scénario central complet était composé d'une zone très étendue: Tordesillas, Torrelobatón, Valladolid, Zamora, Salamanca, Toro, Segovia, Medina del Campo, Medina de Rioseco, Ávila... et Villalar. Le mouvement se localise dans les zones urbaines castillanes. Le nord de l'Espagne, peu urbanisé, et le sud, dominé par la haute noblesse, ont à peine participé.

Monolithe de Villalar

Les représentants des villes révoltées se sont réunis à Ávila, où ils ont formé la "Junta Sainte", et de là, ils ont envoyé un mémorial de leurs plaintes au Roi. Carlos I ( Charles Quint) a réussi à attirer de nombreux nobles et à Villalar, le 23 avril 1521, il a vaincu les armées des comuneros, qui étaient formés par les artisans de la ville et les laboureurs de la campagne. La cavalerie impériale a fait environ 500 morts et a réussi à emprisonner les principaux capitaines qui avaient encouragé la rébellion du mouvement comunero , Juan de Padilla, de Tolède; Juan Bravo, de Ségovie, et Francisco Maldonado, de Salamanque. Le lendemain, après avoir déclaré qu'ils étaient responsables de leurs actes, une procédure sommaire (Comparution immédiate) les a condamnés à mort.

En 1986, la Junta de Castilla y León a décidé de fixer par une loi la date du 23 avril comme le "Jour de la Communauté", étant donné le caractère festif que la commémoration de Villalar avait acquis.

Le texte législatif se charge de rappeler les traditionnelles aspirations de la commémoration qui veut que la fète soit à la fois un hommage aux ancêtres et une promesse face à ceux qui continuent de lutter pour que les conditions de vie des habitants de Castilla y León s'améliorent (...)". Cette date, poursuit la Loi, "a perduré dans la mémoire collective du peuple qui, conscient de l'importance qu'elle a eu pour la détermination de son évolution et son développement, a toujours  revendiqué cette date pour la récupération de sa liberté et de son auto-gouvernement au sein de la solidarité et de l'unité de l'Espagne".