Saltar al contenido principal.

Acceso a otros temas jcyl.es

Página de inicio de la Junta de Castilla y León

Connaître Castilla y León

Contacto

Idiomas

Acceso a otros temas jcyl.es

Connaître Castilla y León

Contenido principal. Saltar al inicio.

Fête Autonome

  • Voir Texte completVoir Texte complet

Villalar

La rébellion, qui s'est terminé à Villalar, a commencé à Toledo. Le scénario central complet était composé d'une zone très étendue: Tordesillas, Torrelobatón, Valladolid, Zamora, Salamanca, Toro, Segovia, Medina del Campo, Medina de Rioseco, Ávila... et Villalar. Le mouvement se localise dans les zones urbaines castillanes. Le nord de l'Espagne, peu urbanisé, et le sud, dominé par la haute noblesse, ont à peine participé.

Monolithe de Villalar

Les représentants des villes révoltées se sont réunis à Ávila, où ils ont formé la "Junta Sainte", et de là, ils ont envoyé un mémorial de leurs plaintes au Roi. Carlos I ( Charles Quint) a réussi à attirer de nombreux nobles et à Villalar, le 23 avril 1521, il a vaincu les armées des comuneros, qui étaient formés par les artisans de la ville et les laboureurs de la campagne. La cavalerie impériale a fait environ 500 morts et a réussi à emprisonner les principaux capitaines qui avaient encouragé la rébellion du mouvement comunero , Juan de Padilla, de Tolède; Juan Bravo, de Ségovie, et Francisco Maldonado, de Salamanque. Le lendemain, après avoir déclaré qu'ils étaient responsables de leurs actes, une procédure sommaire (Comparution immédiate) les a condamnés à mort.

En 1986, la Junta de Castilla y León a décidé de fixer par une loi la date du 23 avril comme le "Jour de la Communauté", étant donné le caractère festif que la commémoration de Villalar avait acquis.

Le texte législatif se charge de rappeler les traditionnelles aspirations de la commémoration qui veut que la fète soit à la fois un hommage aux ancêtres et une promesse face à ceux qui continuent de lutter pour que les conditions de vie des habitants de Castilla y León s'améliorent (...)". Cette date, poursuit la Loi, "a perduré dans la mémoire collective du peuple qui, conscient de l'importance qu'elle a eu pour la détermination de son évolution et son développement, a toujours  revendiqué cette date pour la récupération de sa liberté et de son auto-gouvernement au sein de la solidarité et de l'unité de l'Espagne".