Saltar al contenido principal.

Acceso a otros temas jcyl.es

Página de inicio de la Junta de Castilla y León

Connaître Castilla y León

Contacto

Idiomas

Acceso a otros temas jcyl.es

Connaître Castilla y León

Contenido principal. Saltar al inicio.

Statut d' Autonomie

  • Voir Texte completVoir Texte complet

Statut d'Autonomie II

Les premières élections démocratiques ont eu lieu en 1977 et le Gouvernement de la UCD, avec Adolfo Suárez à la tête , a donné de nouvelles ailes au processus d'autonomie. Dans la Castilla y León actuelle, ce fait s'est traduit par la constitution à Valladolid, en octobre de la même année, de l'Assemblée de Parlementaires et de Députés Provinciaux de Castilla y León. Quelques mois après, le 13 juin 1978, création du Conseil Général de Castilla y León, organe chargé de diriger son processus d'autonomie. Son premier Président a été Manuel Reol Tejada, député de la UCD à Burgos, et ensuite José Manuel García Verdugo. Un autre organisme, la Commission Mixte de Représentants de l'Administration Centrale et du Conseil Général de Castilla y León, créée en novembre, se chargerait du transfert de compétences.

Il s'agissait d'un processus, comme dans la plus grande partie du territoire espagnol, parallèle au processus constituant, initié aussi en 1977. La conclusion de ce dernier en 1978 a permis de marquer certaines règles quant au déroulement de la formation d'une autonomie, comme par exemple la manière d'accorder l'inclusion ou non d'un territoire au sein de l'autonomie.  Par conséquent, fin 1978, en Castilla y León il existait des  directives que l'on pouvait suivre pour former une communauté autonome (données par la Constitution) et les organes chargés de réaliser les tâches nécessaires (comme le Conseil Général de Castilla y León). Le plus important restait à faire: les exécuter.

L'agenda de travail était chargé. Il fallait résoudre de nombreuses questions, y compris la complexe configuration territoriale de l'autonomie telle que nous la connaissons aujourd'hui. La construction de la Communauté de Castilla y León a été lente et compliquée. Pour sa création, toutes les provinces intégrantes des régions historiques de  Castilla La Vieja y León avaient la porte ouverte. Néanmoins, dès le début, celles de Santander et Logroño ont choisi de suivre la voie autonome uniprovinciale et se sont constituées respectivement comme les communautés autonomes que nous connaissons de nos jours sous le nom de La Rioja et  Cantabria.

La possibilité de faire partie ou non de la future communauté autonome était une question de choix. On pouvait y accéder de différentes façons et parmi toutes les possibilités établies par la Constitution de 1978, Castilla y León a choisi la voie la plus simple: obtenir l'adhésion des Conseils Généraux provinciaux et de deux tiers, au moins, des Mairies dont la population représentait la majorité de la province. Il fallait à présent initier la dure tâche: rédiger le texte qui servirait de Statut d'Autonomie, un processus qui a duré presque trois ans.